Cass. soc. 1er décembre 2016, n° 15-21.609 [1]

Le défaut du ou des entretiens préalables à la conclusion d’une convention de rupture entraîne la nullité de la convention.

Attention : c’est à celui qui invoque cette cause de nullité d’en établir l’existence. Il revient donc au salarié d’apporter la preuve de cette nullité.

De plus, ce n’est pas parce que l’employeur n’est pas en mesure de fournir des éléments établissant la tenue des entretiens que l’absence de cette formalité essentielle peut être déduite par les juges du fond.

En effet, dans le cadre de la rupture conventionnelle l’employeur n’est pas tenu de formaliser la tenue des entretiens par la remise d’une convocation (ce formalisme ne s’impose que dans le cadre d’un licenciement).