La Belgique occupe une place de choix sur le marché mondial de la thérapie cellulaire. La qualité de la recherche scientifique qui y est opérée se concrétise par l’arrivée sur le marché de sociétés actives dans le secteur des biotechnologies.

Cinq biotechs belges (Cardio3Biosciences, BoneTherapeutics, Beta-Cell, Promethera Biosciences et TiGenix) viennent de décider d’unir leurs efforts au sein d’une plate-forme commune dénommée Co-ACT (Belgian Companies Active in Cell Therapies).

Cette plate-forme s’inscrit dans une volonté de garantir au secteur un cadre réglementaire compétitif et des mesures de soutien structurelles en terme de financement.

En ce qui concerne le cadre réglementaire, le secteur des thérapies cellulaires sollicite l’adaptation du système actuel d’obtention de tissus et cellules au niveau des hôpitaux (mis en œuvre notamment par la loi du 19 décembre 2008 relative à l'obtention et à l'utilisation de matériel corporel humain destiné à des applications médicales humaines ou à des fins de recherche scientifique). Il entend également susciter une réflexion sur le régime d’exemption en vertu duquel les hôpitaux, dans des circonstances déterminées, peuvent eux-mêmes « préparer » ponctuellement des médicaments de thérapie innovante selon des normes assouplies.

En ce qui a trait aux mesures structurelles de soutien, la plate-forme Co-ACT soutient auprès des autorités la mise en œuvre d’un mécanisme du type « tax-shelter ». Il s’agit ainsi, à l’aide d’un incitant fiscal, de permettre le financement des coûts de développements cliniques des thérapies innovantes (en particulier les phases III et IV des études cliniques).