La téléréalité a parfois des prolongements là où on ne l’attend pas forcément.

Il est vrai que depuis le loft de 2001, les stars de la téléréalité cherchent par tous les moyens à prolonger leur notoriété.

On se souviendra de la décision des juges de la Cour d’Appel de Paris du 6 décembre 2007, admettant que LOANA était une marque valable et en demandant le transfert à sa légitime titulaire. Mais aussi des nombreux dépôts des « stars » de la télé-réalité, tels que ceux de Kim Kardashian, de Paris Hilton ou encore d’Eve Angeli.

De la télé-réalité à la réalité, elles sont devenues de vraies business women, à condition de bien gérer ses marques avec le bon conseil (car certaines marques n’ont pas renouvelées) !

A son tour, Nabilla fait le buzz avec plusieurs déclinaisons de la célèbre réplique « non mais allo quoi ? » déposées à titre de marque à l’INPI par le producteur de l’émission LES ANGES DE LA TELEREALITE, LA GROSSE EQUIPE, mais aussi par la starlette Nabila en personne, ce qui par ailleurs laisse entendre d’un conflit sous jacent, bref.

La vraie question reste quand même de savoir quelle va être la sphère de protection de ces slogans incluant le terme ALLO, sur-déposé par ailleurs et surtout pourquoi les shampoings n’ont-ils pas été couverts par ces dépôts, non mais allo quoi ?!

Co-written by Sandrine Yver and Anaïs Duvivier-Varnier