La législation canadienne en matière de lutte contre le recyclage des produits de la criminalité et le financement des activités terroristes (la «LRPC-FAT»), la Loi sur le recyclage des produits de la criminalité et le financement des activités terroristes (la «LRPCFAT») et le règlement connexe (le «Règlement») s’appliquent seulement à certaines entités. Dans certains cas, la LRPCFAT s’applique à une entité de par sa nature, par exemple, dans le cas d’une institution financière (c.-à-d. une banque, une caisse de crédit ou une compagnie d’assurance). Dans d’autres cas, la LRPCFAT s’applique à une entité parce qu’elle exécute un certain type d’activité. C’est le cas des «entreprises de services monétaires» («ESM») qui sont définies dans la LRPCFAT comme «les personnes et les entités qui se livrent aux opérations de change, ou qui exploitent une entreprise qui remet des fonds ou transmet des fonds par tout moyen ou par l’intermédiaire d’une personne, d’une entité ou d’un réseau de télévirement ou qui émet ou rachète des mandats-poste, des chèques de voyage ou d’autres titres négociables semblables, à l’exclusion des chèques libellés au nom d’une personne ou d’une entité».