Le principe d’égalité de traitement ne s’applique pas entre des salariés ayant bénéficié de mesures prévues dans des plans de sauvegarde distincts, élaborés dans le cadre de procédures de licenciement économique successives. En effet, les deux procédures de licenciement économique collectif ayant été successivement engagées dans l’entreprise accompagnées de plans de sauvegarde de l’emploi distincts, il en résulte que le salarié licencié dans le cadre de la première procédure n’était pas dans une situation identique à celle des salariés licenciés dans le cadre de la seconde procédure au cours de laquelle avait été élaboré, après information et consultation des institutions représentatives du personnel, le plan prévoyant les avantages revendiqués.