On January 13, 2022, TMX Group Ltd. (Toronto Stock Exchange (“TSX”) and TSX Venture Exchange (“TSXV”)), Laurel Hill Advisory Group (“Laurel Hill”) and Fasken hosted a conversation on disclosure and regulatory considerations for issuers leading into the 2022 proxy season. The panel discussed six discrete areas of recent developments that will be relevant for public companies:

  1. diversity disclosure;
  2. an update on proxy voting guidelines;
  3. an update from TSX and TSXV;
  4. continuous disclosure updates;
  5. corporate law amendments; and
  6. capital raising.

For a further discussion of these items, please see the Fasken Proxy Season Preview 2022 webinar.

The webinar discussion featured Der Allen of Laurel Hill, Valérie Douville of TSX and TSXV, and Neil Kravitz and Taisha Lewis of Fasken and was moderated by Gordon Raman of Fasken.

  1. Diversity Disclosure

Diversity Disclosure Requirements

Disclosure requirements with respect to diversity currently stem from National Instrument 58-101 Disclosure of Corporate Governance Practices (“NI 58-101”). The disclosure requirements, which apply to non-venture issuers, relate to women in board and executive officer positions and generally require companies to disclose whether they have adopted a written policy relating to the identification and nomination of women into such positions and how the issuer considers the level of women in such positions in identifying and nominating candidates for such positions. If an issuer has not adopted such policies or does not take such considerations into account, an issuer must disclose its reasons why. NI 58-101 also requires disclosure of any targets the issuer has adopted with respect to such positions, its annual progress towards achieving those targets, and if no targets have been established, why not. Finally, companies must disclose the number, and percentage, of women in board and executive officer positions.

Currently these disclosure requirements only apply to women in board and executive officer positions. Public companies that are governed by the Canada Business Corporations Act (“CBCA”) have additional disclosure obligations pursuant to such act. The disclosure obligations are substantially similar to NI 58-101 but rather than just covering women, they cover “designated groups” (i.e. women, Aboriginal peoples (First Nations, Inuit and Métis), persons with disabilities, and members of visible minorities). These companies may also voluntarily provide disclosure with respect to additional “designated groups” identified in their information circulars.

On May 19, 2021 the Canadian Securities Administrators (“CSA”) announced that they would be holding consultations on its consideration of broader diversity on boards and in executive officer positions in light of “the increasing attention being given to diversity in all segments of society, including business”.

Change to NASDAQ Diversity Disclosure Requirements

NASDAQ’s Board Diversity Rule (“Rule”), which was approved by the Securities & Exchange Commission (“SEC”), is a disclosure standard designed to encourage minimum board diversity, providing stakeholders with consistent, comparable disclosures concerning a company’s current board composition. The Rule requires companies listed on US exchanges to (a) publicly disclose board-level diversity statistics on an annual basis using a standardized template, and (b) have or explain why they do not have at least two diverse directors, including one who self-identifies as female and one who self-identifies as either an underrepresented minority or LGBTQ+ with certain flexibility provided for smaller reporting companies and foreign issuers. The introduction of the Rule will be staggered over a period of four years, from now until 2026.

Trend in representation of women in corporate leadership

Based on the CSA Multilateral Staff Notice 58-313 Review of Disclosure Regarding Women on Boards and in Executive Officer Positions, there has been a notable increase in the representation of women in corporate leadership over the last six years. Women hold about 22% of board seats and women filled 35% of board vacancies. 6% of chairs of boards are women, 32% of issuers adopted targets for the representation of women on their boards and 6% of issuers adopted targets for the representation of women in executive officer positions.

  1. An Update on Proxy Voting Guidelines

Gender Diversity

Proxy advisory firms have updated their guidelines requiring greater disclosure related to gender diversity. Institutional Shareholder Services (“ISS”) and Glass, Lewis & Co. (“Glass Lewis”) have outlined enhanced disclosure policies.

ISS proposes to expand the board gender diversity policy by generally voting withhold for the chair of the nominating committee or chair of the committee designated with the responsibility of a nominating committee, or chair of the board of directors if no nominating committee has been identified or no chair of such committee has been identified, for (a) S&P/TSX Composite Index companies where women comprise less than 30% of the board of directors, and the company has not provided a formal, publicly-disclosed written commitment to achieve at least 30% women on the board at or prior to the next annual general meeting; and (b) for TSX companies that are not also S&P/TSX Composite Index constituents where the company has not disclosed a formal written gender diversity policy, and there are zero women on the board.

The policy requiring S&P/TSX Composite Index companies to have at least 30% women directors on the board was announced in 2020 and will come into effect for meetings on or after February 1, 2022. Companies that have made a clear commitment to achieve the 30% target at or prior to their next meeting will be seen as meeting the expectations of this policy.

Glass Lewis will now use the term “gender diverse directors”, defined as women and directors that identify with a gender other than made or female, and will generally recommend voting against the chair of the nominating committee of a board with fewer than two gender diverse directors, or the entire nominating committee of a board with no gender diverse directors, at companies listed on the TSX. For companies listed outside of the TSX, including the TSXV, and all boards with six or fewer total directors, Glass Lewis will apply a policy requiring a minimum of one gender diverse director beginning meetings held after January 1, 2022.

For companies that do not meet the minimum requirements, Glass Lewis may still refrain from making negative recommendations if the company has provided sufficient explanation or disclosed a plan to address the lack of diversity on the board. Beginning with meetings after January 1, 2023, Glass Lewis will transition from fixed numerical approach to a percentage approach whereby it will generally recommend voting against the nominating committee chair of a board that is not at least 30% gender diverse for companies listed on the TSX.

Say-on-Pay Proposals

In order to align with recommendations from the Canadian Coalition for Good Governance and general market trends, ISS proposes a change for Canadian Benchmark policy to raise the support threshold that triggers a responsiveness analysis on a company’s management say-on-pay proposal from 70% to 80% support. This means that say-on-pay proposals that receive the support of less than 80% of votes cast will trigger a responsiveness analysis the following year.

This change is supported by the fact that other major ISS markets such as the UK, Continental European, and Australian markets, all have thresholds higher than 70% for their responsiveness policy, or equivalent.

Overboarded Directors

In an attempt to align ISS’s existing policy for non-venture companies with venture listed companies, for meetings of venture companies on or after February 1, 2023, ISS will generally vote withhold for individual director nominees who are non-CEO directors and serve on more than five public company boards; or who are CEOs of public companies and serve on the boards of more than two public companies besides their own (only in respect of the outside boards). A one-year grace period will be granted to allow issuers to make appropriate changes to their boards.

In the event a director is temporarily overboarded (for example, joining a new board in March but stepping off another board in June), ISS will generally not count a board when it is publicly-disclosed that the director will be stepping off that board at the next annual meeting.

Equity-based Compensation Plans

For TSXV listed companies, ISS will generally vote withhold for continuing compensation committee members, or where no compensation committee has been identified, the board chair or full board, if the company maintains an evergreen plan (including those adopted prior to an initial public offering) and has not sought shareholder approval in the previous two years and is not seeking shareholder approval at the meeting.

Other Updates From Proxy Advisory Firms

Glass Lewis will recommend voting against the chair of the governance committee at companies with a multi-class share structure and unequal voting rights when the company does not provide for a reasonable sunset of the multi-class share structure (generally seven years or less).

Glass Lewis will recommend that shareholders vote against the compensation, nominating and/or governance committee chair if the committee consists of fewer than two members for the majority of the fiscal year. This policy will apply to all issuers on Canadian stock exchanges.

For companies in the S&P/TSX 60, Glass Lewis will recommend voting against the governance committee chair if the company fails to provide clear disclosure regarding the board’s role in overseeing material environmental and social issues. For companies in the S&P/TSX Completion index, this policy will apply for meetings held after January 1, 2023; the failure to provide clear disclosure will be noted as a concern for meetings held after January 1, 2022 and an against recommendation will be made in 2023.

Glass Lewis will make clarifying amendments to the overall approach to Environmental, Social and Corporate Governance, shareholder proposals, linking executive pay to environmental and social criteria, short-term and long-term incentives, grants of front-loaded awards, authorizations/increases in authorized preferred stock, and disclosure of fee for audit services.

  1. An Update from the TSX/TSXV

The CSA have continued to follow developments in relation to climate-related disclosure since the CSA Staff Notice 51-358 Reporting of Climate Change-related Risks in August 2019. Most recently, the CSA staff conducted research of domestic and international developments in this area, as well as an issue-oriented review of recent climate-related disclosure by Canadian reporting issuers. The CSA thereafter published a proposed National Instrument 51-107 Disclosure of Climate-related Matters and its companion policy (“NI 51-107”) for a comment period expiring February 16, 2022. The proposed NI 51-107 would introduce disclosure requirements regarding climate-related matters for reporting issuers (other than investment funds) related to strategy, risk management and metrics and targets. The disclosure requirements of NI 51-107 would be consistent with the Task Force on Climate-related Financial Disclosures (“TCFD”) recommendations. TSX and TSXV indicated that while they are generally supportive of regulatory initiatives that facilitate climate-related disclosures that are aligned with the TCFD recommendations, they recognize that there are significant cost and resources involved in providing meaningful climate-related disclosure. In light of this, TSX and TSXV believe that added regulatory burden from NI 51-107 will be proportionally greater for TSXV listed issuers and proposed certain accommodations for such issuers. TSX and TSXV also recommends that the CSA take into consideration other adjustments. We will be publishing a more detailed Timely Disclosure article related to NI 51-107.

Housekeeping Rule Amendments

The Notice of Housekeeping Rule Amendments to the TSX Company Manual published on November 18, 2021 made various rule amendments, including decommissioning the TSX SecureFile as of November 19, 2021 and replacing it with TMX LINX, a centralized portal for TSX-listed issuers and other stakeholders to interact with TSX. It is a single point of access for TSX-listed issuers and their advisors to file submissions, while having transparency into the progress of their transactions. The web-based platform enables TSX-listed issuers and their legal counsel to manage the submission, send and receive documents, and communicate with TSX. Effective November 22, 2021, all TSX Reporting Forms and certain other documents must be filed on TMX LINX.

TSX update to its Guide to Security Based Compensation Arrangements

TSX has published an updated Guide to Security Based Compensation Arrangements. The update is intended to help listed issuers gain a better understanding of the issues relating to security based compensation arrangements and assist issuers in preparing meaningful disclosure that complies with TSX requirements.

Security Based Compensation Plans

Effective November 24, 2021, the TSXV made amendments to its policies regarding security based compensation plans. The TSXV expanded its existing policies to: (1) clarify the rules for classes of compensation securities other than stock options, such as deferred share units (“DSU”), performance share units (“PSU”), restricted share units (“RSU”) and stock appreciation rights (“SAR” and together with DSU, PSU and RSU, the “New Compensation Securities”), (2) Add categories of Security Based Compensation Plans; (3) permit the exercise of stock options on a cashless and net exercise basis; and (4) codify certain of the TSXV’s pre-existing unwritten rules governing security based compensation plans and grants.

TSXV’s Capital Pool Company (“CPC”) Program

Effective January 1, 2021, the TSXV updated the policies governing the CPC program, with the goal of achieving increased flexibility, reduced regulatory burdens, and improved economics with measures such as relaxation of timing restriction for a qualifying transaction (“QT”); changes to policies restrictions on non-QT related expenses; increased Incentives and Compensation Securities; increased flexibility for funding and expenditures; changes to escrow terms; lower public distribution requirements; and flexibility for the positions of directors and officers.

  1. Continuous Disclosure

Non-GAAP and Other Financial Measures Disclosure

The CSA introduced new mandatory disclosure requirements for certain issuers with respect to non-GAAP and other financial measures in National Instrument 52-112 Non-GAAP and Other Financial Measures Disclosure ( “NI 52-112”) which became effective on August 25, 2021. NI 52-112 applies to disclosures for a financial year ending on or after October 15, 2021 for reporting issuers. Unless a specific exception applies, reporting issuers will be subject to the new rules when they disclose financial measures outside their financial statements, including disclosures on websites, in news releases, management discussions and analysis (“MD&A”), investor presentations, and on social media platforms.

The general requirements for disclosure of non-GAAP and other financial measures include specific rules regarding labelling, identification, prominence, reconciliation, comparative information for a previous period, and forward looking information disclosures. An issuer must label a non-GAAP financial measure in a way that describes the measure with consideration to the measure’s composition and must clearly identify the measure as such. NI 52-112 continues to require issuers to disclose a quantitative reconciliation of a non-GAAP financial measure to the most directly comparable financial measure. If the non-GAAP financial measure is disclosed in an MD&A or in an earnings release of the issuer, the issuer must disclose the non-GAAP financial measure for a comparative period using the same composition. The new rules also clarify when disclosure can be incorporated by reference from the issuer’s MD&A and instances where incorporation by reference is prohibited (i.e. incorporation by reference from one MD&A to another is not permitted, and the quantitative reconciliation of a financial measure in an earnings release cannot be incorporated by reference). Lastly, NI 52-112 provides that when disclosing a non-GAAP financial measure that is forward-looking information, an issuer must disclose the equivalent historical non-GAAP financial measure, use the same label, prominently display the forward-looking non-GAAP financial measure and describe any significant differences between the forward-looking non-GAAP financial measure and the equivalent historical non-GAAP financial measure.

NI 52-112 also contains a few exceptions. Most notably for issuers in the mining and oil and gas industries, for financial measures that are derived from a financial covenant in a written agreement and for financial measures that are required to be disclosed by other laws or self-regulatory organizations. There is also an exception to the comparative period disclosure which can be omitted if it is “impracticable” to do so. However, the cost or the time involved in preparing such disclosure would not be sufficient rationale for an issuer to avoid providing such disclosure.

Simplified Disclosure

The CSA proposed amendments to continuous disclosure obligations to combine reporting issuer’s financial statements, MD&A and annual information form (applicable to annual disclosure) into one reporting document in an effort to increase reporting efficiency. The proposed amendment would also eliminate duplicative or redundant disclosure requirements. Lastly, the CSA, as part of this simplified disclosure mandate, announced they may permit venture issuers (that are not investment funds or regulated by the SEC) to voluntarily report on a semi-annual basis, provided they issue a special news release after the end of each quarter for which they did not report financial results. During the comment period on the proposed amendments, the CSA received positive feedback with many citing the improved efficiency and quality of disclosure as the key benefits from these amendments. The estimated timeline for all the proposed amendments is for the finalized rules to be published in September 2023 and come into effect in December 2023.

COVID-19

Disclosure of how an issuer may be affected by COVID-19 continues to be relevant for companies. In particular, disclosure related to the direct or indirect impacts on its business from COVID-19, including supply chain issues, increased costs, interest rates or inflation, and disclosure of how these issues may be material to a particular company is still relevant.

Misleading Promotional Activities – British Columbia

An emerging issue concerning problematic promotional activities was addressed by the CSA in a staff notice towards the end of 2018. Proposed British Columbia Instrument 51-519 Promotional Activity Disclosure Requirements, and companion policy (“BCI 51-519”), were released on May 26, 2021 by the British Columbia Securities Commission (“BCSC”) to provide investors with improved transparency about the source and reliability of promotional activity, enabling them make more informed investment decisions and assist the BCSC to identify and hold responsible those issuers and persons who conduct problematic promotional activity.

In general, BCI 51-519 would require disclosure of the engagement details, the compensation being paid to the promoter, ownership of any securities and any other facts that could reasonably be seen to interfere with the objectivity of the person. In addition, BCI 51-519 would impose further disclosure obligations on venture issuers. This would include the requirement to file a news release if they retain or compensate a person to engage in promotional activity and if a venture issuer’s total expenditures on promotional activity exceed 10% of its total operating expenses in any annual or interim period, BCI 51-519 would require the venture issuer to separately disclose the components of those expenditures in its interim and annual MD&A.

The TSX has welcomed the proposal from the BCSC as it has noticed an increase in the volume of promotional activity, particularly amongst junior issuers on venture exchanges. The TSX has increased it scrutiny of promotional activity for issuers on its exchanges and would like more to be done from securities regulators to curb this problem for all issuers.

  1. Corporate Law Amendments

Alberta Corporate Law Changes

Continuing the growing trend in Canada, Alberta became the sixth jurisdiction to remove the Canadian residency requirement for corporate directors on March 29, 2021. More recently, Alberta has introduced further changes to its corporate statue, expanding the due diligence defence for directors and expanding the scope at which a corporation can indemnify a director or officer in an effort to “attract the best and brightest directors to Alberta”. The amendments would also give corporations the option to waive any interest or expectancy in or to, specific types of corporate opportunities, would provide corporations more flexibility surrounding plan of arrangement transactions, would clarify that the scope of the duty of care is to the corporation, and would contain other general updates that will reduce administrative burdens for corporations. The amendments received Royal Assent on December 2, 2021 and are expected to be proclaimed into force after accompanying regulations have been developed.

Ontario Corporate Law Changes

Following in the footsteps of Alberta, on July 5, 2021 the Canadian residency requirement for directors of Ontario corporations was removed. The amendments to the Business Corporations Act (Ontario) will also lower the approval threshold for ordinary written resolutions for non-offering corporations (i.e. private companies) to a 50% majority of shareholders entitled to vote, which is down from the previous requirement of 100%.

CBCA Voting Amendments

On May 1, 2018 the amendments to the CBCA adopting majority voting for uncontested elections (“CBCA Amendments”) received Royal Assent, but those provisions could not become operational until regulations were enacted. On March 27, 2021 proposed regulations under the CBCA were announced which, if brought into force following a 30-day comment period, would implement the majority voting provisions in the CBCA (“Proposed Regulations”).

The CBCA Amendments will implement majority voting by providing that distributing corporations (i.e., public companies) will be required to elect directors on an individual basis for uncontested elections rather than by a slate system. Under the current slate system, all directors are elected or defeated in a single vote. The CBCA Amendments will also prohibit the board of directors from appointing a person as a director if that person failed to be elected under the majority voting rules, except in prescribed circumstances. The Proposed Regulations prescribe two circumstances: if the person is needed either to meet the corporation’s obligations under the CBCA to have at least two directors who are not officers or employees of the corporation or its affiliates, or the person is needed to satisfy the requirement that at least 25% of the directors be resident Canadians. The Proposed Regulations would also introduce annual board elections and would amend the form of proxy to be used by CBCA distributing corporations to allow shareholders to vote “For” or “Against” the election of proposed directors (rather than “For” or “Withhold”).

As of the time of this writing, the CBCA Amendments have not yet come into force.

  1. Capital Raising

New Prospectus Exemption

The CSA has recently proposed a new capital raising exemption for reporting issuers that are listed on a Canadian stock exchange called the listed issuer exemption (the “Listed Issuer Exemption”). The exemption would allow qualified issuers to raise the greater of $5,000,000 or 10% of the aggregate market value of the issuer’s listed securities to a maximum of $10,000,000, or up to 100% dilution, in each case during any 12-month period. An offering document would be required to be filed in connection with the offering, which would not be subject to review or approval by the CSA. The content of the proposed form of offering document would include (i) any new developments in the issuer’s business; (ii) details on the issuer’s financial condition, including confirmation that the issuer will have sufficient funds to last 12 months after the offering; (iii) details on how the proceeds will be used from the current offering; and (iv) details on how proceeds of any previous offerings in the last 12 months have been used. Importantly, the offering document would become part of the issuer’s continuous disclosure record for the purposes of secondary market civil liability. In the event of a misrepresentation, purchasers under the Listed Issuer Exemption would have the same rights of action under secondary market civil liability as purchasers on the secondary market. Purchasers will also have a contractual right of rescission against the issuer for 180 days following the distribution.

The CSA recognizes that for smaller offerings, the current prospectus regime can be onerous, including the high costs associated with preparing a prospectus, and the proposed exemption would allow smaller issuers to access the capital markets while maintaining adequate disclosure for retail investors.

Another feature of the proposed exemption is that securities offered would not be subject to a hold period. In order to take advantage of the exemption, issuers would be required to meet certain qualifications as set out in the proposal, including that the issuer must have equity securities listed on a Canadian stock exchange (or convertible securities that are convertible into listed equity securities), must have been a reporting issuer for at least 12 months prior to the offering news release and must have active business operations. An important limiting feature is that the exemption will not be available to companies seeking to use the proceeds for a significant acquisition or restructuring transaction.

Seasoned Issuer Exemption

For a six month trial period that began on January 4, 2022, the CSA is allowing well-known seasoned issuers (“WKSI”) to access capital markets through a shelf offering without the need to file and receive comment on a preliminary base shelf prospectus. Instead, the WKSI can file a final base shelf and expect to receive the issued receipt on the same or next business day, significantly accelerating the offering process. The CSA is focused on reducing the regulatory burden where it believes there are minimal risks for capital markets, which applies to WKSI, since they have a strong market following, complete public disclosure record and sufficient public float. The threshold requirement to qualify as a WKSI includes having either (i) outstanding listed equity securities that have a public float of C$500,000,000, or (ii) at least C$1,000,000,000 aggregate amount of non-convertible securities, other than equity securities, distributed under a prospectus in primary offerings for cash, not exchange, in the last three years. The proposed changes, if made permanent, would bring the Canadian shelf prospectus system in line with that of the United States which has had a similar model in place for several years. The temporary exemptions will provide the CSA an opportunity to evaluate the appropriateness of the eligibility criteria and identify any potential public interest concerns or operational considerations that should be addressed in future rule amendments.

Conclusion

Although the COVID-19 pandemic continues, specific disclosure and regulatory changes related to COVID-19 were not significant this past year. However, a number of other disclosure and regulatory changes have been introduced that will be relevant for companies as they prepare for the upcoming 2022 reporting season.

Communication en temps opportun – Avant-goût de la saison des procurations 2022

Le 13 janvier 2022, le Groupe TMX Ltée (Bourse de Toronto (« TSX ») et Bourse de croissance TSX (« TSXV »)), Laurel Hill Advisory Group (« Laurel Hill ») et Fasken ont organisé un échange sur les considérations relatives aux obligations réglementaires et de communication pour les émetteurs en vue de la saison des procurations 2022. Le panel a discuté de six domaines distincts de développements récents qui seront pertinents pour les sociétés ouvertes :

  1. la communication de l’information liée à la diversité;
  2. une mise à jour des lignes directrices en matière de vote par procuration;
  3. une mise à jour présentée par la TSX et la TSVX;
  4. les obligations d’information continue;
  5. les changements en droit des sociétés;
  6. la mobilisation de capitaux.

Pour une discussion plus approfondie de ces éléments, veuillez consulter le webinaire de Fasken Avant-goût de la saison des procurations : Les faits nouveaux sur les obligations réglementaires et de communication et le changement dans le contexte des facteurs ESG (en anglais).

La discussion du webinaire a été animée par Der Allen de Laurel Hill, Valérie Douville de TSX et TSXV, et Neil Kravitz et Taisha Lewis de Fasken et a été présidée par Gordon Raman de Fasken.

  1. Communication de l’information liée à la diversité

Exigences de communication de l’information liée à la diversité

Les obligations de communication de l’information liée à la diversité découlent actuellement du Règlement 58-101 sur l’information concernant les pratiques en matière de gouvernance (le « Règlement 58-101 »). Les obligations de communication, qui s’appliquent aux émetteurs non émergents, concernent les femmes occupant des postes au sein du conseil d’administration et de la direction et exigent généralement des sociétés qu’elles indiquent si elles ont adopté ou non une politique écrite sur la recherche et la sélection de candidates aux postes d’administrateurs et la manière dont l’émetteur tient compte de la représentation des femmes à ces postes lors de l’identification et de la nomination des candidats à ces postes. Si un émetteur n’a pas adopté de politique ou ne tient pas compte de ces considérations, il doit en préciser les motifs. Le Règlement 58-101 exige également la divulgation de toute cible que l’émetteur s’est donnée à l’égard de ces postes, de ses progrès annuels vers l’atteinte de la cible, et si aucune cible n’a été établie, en indiquer les motifs. Enfin, les sociétés doivent indiquer le nombre et le pourcentage de femmes siégeant au conseil d’administration et occupant un poste à la haute direction.

Actuellement, ces obligations de communication ne s’appliquent qu’aux femmes siégeant au conseil d’administration et occupant un poste à la haute direction. Les sociétés ouvertes qui sont régies par la Loi canadienne sur les sociétés par actionsLCSA ») ont des obligations de communication supplémentaires en vertu de cette loi. Les obligations de communication sont en grande partie similaires au Règlement 58-101, mais plutôt que de couvrir uniquement les femmes, elles couvrent les « groupes désignés » (c’est-à-dire les femmes, les Autochtones (Premières Nations, Inuits et Métis), les personnes handicapées et les membres des minorités visibles). Ces sociétés peuvent aussi communiquer, sur une base volontaire, des renseignements sur d’autres « groupes désignés » définis dans leurs circulaires de sollicitation de procurations.

Le 19 mai 2021, les Autorités canadiennes en valeurs mobilières (« ACVM ») ont annoncé qu’elles mèneraient des consultations au sujet de la promotion d’une plus grande diversité au sein des conseils d’administration et dans les postes de haute direction compte tenu « de la place grandissante qu’occupe la diversité dans toutes les sphères de la société, dont les entreprises ».

Modification des exigences de communication des renseignements liés à la diversité du NASDAQ

La règle du NASDAQ sur la diversité des conseils d’administration (la « Règle »), qui a été approuvée par la Securities & Exchange Commission (la « SEC »), est une norme de communication conçue pour encourager une diversité minimale au sein des conseils d’administration, en fournissant aux parties prenantes des renseignements cohérents et comparables sur la composition actuelle du conseil d’administration d’une société. La règle exige que les sociétés cotées sur les marchés boursiers américains a) publient chaque année des statistiques sur la diversité au sein du conseil d’administration à l’aide d’un modèle standardisé, et b) disposent ou expliquent pourquoi elles ne disposent pas d’au moins deux administrateurs issus de la diversité, dont un qui s’identifie comme une femme et un qui s’identifie comme une minorité sous-représentée ou LGBTQ+, une certaine souplesse étant prévue pour les petites sociétés déclarantes et les émetteurs étrangers. L’introduction de la règle sera échelonnée sur une période de quatre ans, d’ici à 2026.

Évolution de la représentation féminine à la direction des entreprises

D’après l’Avis multilatéral 58-313 du personnel des ACVM intitulé Examen sur la représentation féminine aux postes d’administrateurs et de membres de la haute direction, la représentation des femmes à la direction des entreprises a connu une augmentation notable au cours des six dernières années. Les femmes occupent environ 22 % des postes de présidents du conseil d’administration et 35 % des postes d’administrateurs vacants ont été pourvus par des femmes. 6 % des postes de présidents du conseil étaient occupés par des femmes, 32 % des émetteurs ont fixé une cible de représentation féminine à leur conseil et 6 % des émetteurs ont fixé une cible de représentation féminine à la haute direction.

  1. Mise à jour des lignes directrices en matière de vote par procuration

Diversité des genres

Les sociétés de conseil en matière de vote par procuration ont mis à jour leurs lignes directrices exigeant plus de renseignements en matière de diversité des genres. Institutional Shareholder Services (« ISS ») et Glass, Lewis & Co. (« Glass Lewis ») ont défini des politiques de représentation renforcées.

ISS propose d’étendre la politique de diversité des genres au sein du conseil d’administration en s’abstenant généralement de voter pour le président du comité de nomination ou le président du comité désigné avec la responsabilité d’un comité de nomination, ou le président du conseil d’administration si aucun comité de nomination n’a été identifié ou si aucun président d’un tel comité n’a été identifié, a) pour les sociétés de l’indice composé S&P/TSX dont la représentation des femmes au conseil d’administration s’élève à au moins de 30 %, et où la société n’a pas communiqué d’engagement écrit officiel et public prévoyant au moins 30 % de femmes au sein du conseil d’administration au plus tard à la prochaine assemblée générale annuelle; et b) pour les sociétés inscrites à la TSX qui ne font pas partie de l’indice composé S&P/TSX, lorsque la société n’a pas communiqué de politique écrite officielle sur la diversité des genres et que le conseil d’administration ne compte aucune femme.

La politique exigeant que les sociétés de l’indice composé S&P/TSX comptent au moins 30 % de femmes au conseil d’administration a été annoncée en 2020 et entrera en vigueur pour les assemblées tenues à compter du 1er février 2022. Les sociétés qui se sont clairement engagées à atteindre l’objectif de 30 % lors de leur prochaine assemblée ou avant seront considérées comme répondant aux attentes de la politique.

Glass Lewis utilisera désormais le terme « administrateurs de sexe différent », défini comme étant des femmes et des administrateurs qui s’identifient à un sexe autre que le sexe masculin ou féminin, et recommandera généralement de voter contre le président du comité de nomination d’un conseil comptant moins de deux administrateurs de sexe différent, ou contre l’ensemble du comité de nomination d’un conseil ne comptant aucun administrateur de sexe différent, dans les sociétés inscrites à la TSX. Pour les sociétés qui ne sont pas inscrites à la TSX, y compris la TSXV, et tous les conseils d’administration comptant six administrateurs ou moins, Glass Lewis appliquera une politique exigeant un minimum d’un administrateur de sexe différent à compter des assemblées tenues après le 1er janvier 2022.

Pour les sociétés qui ne satisfont pas aux exigences minimales, Glass Lewis peut encore s’abstenir de formuler des recommandations négatives si la société a fourni des explications suffisantes ou divulgué un plan pour remédier au manque de diversité au sein du conseil. À compter des assemblées qui se tiendront après le 1er janvier 2023, Glass Lewis passera d’une approche numérique fixe à une approche en pourcentage selon laquelle il recommandera généralement de voter contre le président du comité de nomination d’un conseil qui ne compte pas au moins 30 % de diversité de genres pour les sociétés inscrites à la TSX.

Propositions de vote sur la rémunération

Afin de s’harmoniser sur les recommandations de la Coalition canadienne pour une bonne gouvernance et sur les tendances générales du marché, ISS propose une modification à la politique de référence canadienne afin de faire passer le seuil d’approbation qui déclenche une analyse de réactivité sur la proposition de la direction d’une société à l’égard du vote sur la rémunération, de 70 % à 80 % de soutien. Cela signifie que les propositions sur la rémunération qui reçoivent une approbation de moins de 80 % des votes exprimés déclencheront une analyse de réactivité l’année suivante.

Ce changement est étayé par le fait que les seuils des politiques de réponse, ou autres politiques équivalentes, d’autres grands marchés de l’ISS, comme le Royaume-Uni, l’Europe continentale et l’Australie, sont tous supérieurs à 70 %.

Trop grand nombre de sièges occupés par certains administrateurs

Dans le but d’harmoniser la politique actuelle d’ISS pour les sociétés non émergentes à celle des sociétés émergentes inscrites en bourse, pour les assemblées des sociétés émergentes tenues à compter du 1er février 2023, ISS s’abstiendra généralement de voter pour les candidats individuels aux postes d’administrateurs qui ne sont pas chefs de la direction et siègent aux conseils d’administration de plus de cinq sociétés ouvertes; ou qui sont chefs de la direction de sociétés ouvertes et siègent aux conseils de plus de deux sociétés ouvertes en plus de la leur (uniquement en ce qui concerne les conseils extérieurs). Un délai de grâce d’un an sera accordé pour permettre aux émetteurs d’apporter les changements appropriés à leur conseil d’administration.

Dans le cas où un administrateur siège temporairement à un trop grand nombre de conseils (par exemple, s’il rejoint un nouveau conseil en mars, mais en quitte un autre conseil en juin), l’ISS ne comptera généralement pas un conseil lorsqu’il est publiquement divulgué que l’administrateur quittera ce conseil lors de la prochaine assemblée annuelle.

Régimes de rémunération en titres

Pour les sociétés inscrites à la TSXV, ISS s’abstiendra généralement de voter pour les membres du comité de rémunération continue ou, si aucun comité de rémunération n’a été désigné, pour le président du conseil ou l’ensemble du conseil, si la société maintient un plan permanent (y compris ceux adoptés avant un premier appel public à l’épargne) et n’a pas demandé l’approbation des actionnaires au cours des deux années précédentes et ne demande pas l’approbation des actionnaires lors de l’assemblée.

Autres mises à jour des sociétés de conseil en matière de vote par procuration

Glass Lewis recommandera de voter contre le président du comité de gouvernance dans les sociétés ayant une structure d’actions à catégories multiples et des droits de vote inégaux lorsque la société ne prévoit pas une temporisation raisonnable de la structure d’actions à catégories multiples (généralement sept ans ou moins).

Glass Lewis recommandera aux actionnaires de voter contre le président du comité de rémunération, de nomination et/ou de gouvernance si le comité est composé de moins de deux membres pendant la majorité de l’année fiscale. Cette politique s’appliquera à tous les émetteurs des bourses canadiennes.

Pour les sociétés du S&P/TSX 60, Glass Lewis recommandera de voter contre le président du comité de gouvernance si la société ne fournit pas d’informations claires sur le rôle du conseil dans la supervision des questions environnementales et sociales importantes. Pour les sociétés de l’indice S&P/TSX Completion, cette politique s’appliquera aux assemblées tenues après le 1er janvier 2023; l’absence d’information claire sera notée comme une préoccupation pour les assemblées tenues après le 1er janvier 2022 et une recommandation de voter contre sera faite en 2023.

Glass Lewis apportera des modifications de clarification à l’approche globale de la gouvernance environnementale, sociale et d’entreprise, aux propositions d’actionnaires, à la liaison de la rémunération des cadres aux critères environnementaux et sociaux, aux incitatifs à court et à long terme, aux attributions de primes concentrées en début de période, aux autorisations/augmentations des actions privilégiées autorisées et à la communication d’information sur les honoraires pour les services d’audit.

  1. Mise à jour de la TSX/TSXV

Les ACVM ont continué de suivre l’évolution de la situation en ce qui concerne la communication d’information sur les questions climatiques depuis la publication de l’Avis 51-358 du personnel des ACVM intitulé Information sur les risques liés au changement climatique en août 2019. Plus récemment, le personnel des ACVM a effectué des recherches à l’égard des faits nouveaux au pays et à l’échelle internationale, et a procédé à un examen spécifique de l’information sur les questions climatiques communiquée dernièrement par les émetteurs assujettis canadiens. Les ACVM ont ensuite publié le projet de Norme canadienne 51-107 sur l’information concernant les questions climatiques et son instruction complémentaire (le « Règlement 51-107 ») pour une période de consultation prenant fin le 16 février 2022. Le Règlement 51-107 sur l’information liée aux questions climatiques pour les émetteurs assujettis (à l’exception des fonds d’investissement) en ce qui concerne la stratégie, la gestion des risques, les mesures et les cibles. Les obligations d’information du Règlement 51-107 seraient conformes aux recommandations du Task Force on Climate-related Financial Disclosures (« TCFD »). La TSX et la TSXV ont indiqué que, bien qu’elles soient généralement favorables aux initiatives réglementaires qui facilitent la communication d’informations concernant les questions climatiques conformes aux recommandations de la TCFD, elles reconnaissent que la communication d’informations importantes sur les questions climatiques implique des ressources et des coûts importants. Par conséquent, la TSX et la TSXV estiment que le fardeau réglementaire supplémentaire découlant du Règlement 51-107 sera proportionnellement plus important pour les émetteurs inscrits à la TSXV et ont proposé certains accommodements pour ces émetteurs. La TSX et la TSXV recommandent également que les ACVM prennent en considération d’autres ajustements. Nous publierons un article plus détaillé sur la communication en temps opportun en rapport avec le Règlement 51-107.

Modification d’ordre administratif des règles

L’Avis de modification d’ordre administratif des règles de la Bourse de Toronto – Guide visant les sociétés de la TSX, publié le 18 novembre 2021, a apporté plusieurs modifications aux règles, dont la mise hors service de TSX SecureFile à compter du 19 novembre 2021 et son remplacement par TMX LINX, un portail centralisé permettant aux émetteurs inscrits à la TSX et aux autres parties prenantes d’interagir avec la TSX. Il s’agit d’un guichet unique permettant aux émetteurs inscrits à la TSX et à leurs conseillers de déposer des documents, et de suivre en transparence l’évolution de leurs opérations. Cette plateforme Web permet aux émetteurs inscrits à la TSX et à leurs conseillers juridiques de gérer les soumissions, de transmettre et de recevoir des documents et de communiquer avec la TSX. À compter du 22 novembre 2021, tous les formulaires de déclaration de la TSX et certains autres documents devront être déposés au moyen de TMX LINX.

Mise à jour par la TSX de son Guide sur les arrangements de rémunération en titres

La TSX a publié une mise à jour du Guide sur les arrangements de rémunération en titres. La mise à jour a pour but d’aider les émetteurs inscrits à avoir une meilleure compréhension des questions liées aux mécanismes de rémunération en titres et les émetteurs à préparer une divulgation utile qui remplit les exigences de la TSX.

Régimes de rémunération en titres

En date du 24 novembre 2021, la TSXV a apporté des modifications à ses politiques concernant les régimes de rémunération en titres. La TSXV a élargi ses politiques existantes pour : 1) préciser les règles relatives aux types de rémunération en titres autres que les options d’achat d’actions, comme les unités d’actions différées (« UAD »), les unités d’actions liées au rendement (« UAR »), les unités d’actions assujetties à des restrictions (« UAAR ») et les droits à la plus-value d’actions (« DPVA » et, avec les UAD, les UAR et les UAAR, les « nouveaux titres de rémunération »); 2) ajouter des types de régimes de rémunération en titres; 3) permettre l’exercice sans décaissement et exercice net d’options d’achat d’actions; et 4) codifier certaines des règles non écrites préexistantes de la TSXV régissant les régimes et les attributions de rémunération en titres.

Programme des sociétés de capital de démarrage (« SCD ») de la TSXV

À compter du 1er janvier 2021, la TSXV a mis à jour les politiques régissant le programme des SCD, dans le but d’obtenir une plus grande souplesse, de réduire le fardeau réglementaire et d’améliorer l’économie grâce à des mesures telles que l’assouplissement de la restriction temporelle touchant une opération admissible (« OA »); des modifications aux politiques de restriction des dépenses non liées à une OA; l’augmentation des incitatifs et de la rémunération en titres; une plus grande souplesse pour le les entrées de financement et les dépenses; des modifications aux modalités d’entiercement; des exigences de placement auprès du public moins élevées; et l’assouplissement des obligations des administrateurs et des dirigeants.

  1. Information continue

Information concernant les mesures financières non conformes aux PCGR et d’autres mesures financières

Les ACVM ont instauré de nouvelles obligations d’information pour certains émetteurs concernant les mesures financières non conformes aux PCGR et d’autres mesures financières dans le Règlement 52-112 sur l’information concernant les mesures financières non conformes aux PCGR et d’autres mesures financières (le « Règlement 52-112 »), qui est entré en vigueur le 25 août 2021. Le Règlement 52-112 s’applique à un émetteur assujetti à l’égard d’informations à fournir pour un exercice se terminant avant le 15 octobre 2021. À moins qu’une exception spécifique ne s’applique, les émetteurs assujettis seront soumis aux nouvelles règles lorsqu’ils présentent des mesures financières en dehors de leurs états financiers, y compris les informations présentées sur les sites Web, dans les communiqués de presse, les rapports de gestion, les présentations aux investisseurs et les plateformes de médias sociaux.

Les exigences générales en matière d’information concernant les mesures financières non conformes aux PCGR et sur d’autres mesures financières comprennent des règles spécifiques concernant la désignation, l’identification, la mise en évidence, le rapprochement, l’information comparative pour une période antérieure et la communication d’informations prospectives. Un émetteur doit désigner une mesure financière non conforme aux PCGR d’une manière qui décrit la mesure en tenant compte de sa composition et doit clairement identifier la mesure comme telle. Le Règlement 52-112 continue d’exiger des émetteurs qu’ils exposent un rapprochement quantitatif d’une mesure financière non conforme aux PCGR avec la mesure financière la plus directement comparable. Si cette mesure figure dans son rapport de gestion ou un communiqué sur les résultats, il présente dans ce document la mesure financière non conforme aux PCGR pour une période comparative, établie selon la même composition. Les nouvelles règles précisent également quand l’information peut être intégrée par renvoi au rapport de gestion de l’émetteur et les cas où l’intégration par renvoi est proscrite (c’est-à-dire que l’intégration par renvoi d’un rapport de gestion à un autre n’est pas autorisée et que le rapprochement quantitatif d’une mesure financière dans un communiqué de presse sur les résultats ne peut être intégré par renvoi). Enfin, le Règlement 52-112 prévoit que lorsqu’il présente une mesure financière non conforme aux PCGR qui est une information prospective, l’émetteur doit présenter la mesure financière non conforme aux PCGR historique équivalente, utiliser la même étiquette, mettre en évidence la mesure financière non conforme aux PCGR prospective et décrire toute différence importante entre la mesure financière non conforme aux PCGR prospectives et la mesure financière non conforme aux PCGR historiques équivalents.

Le Règlement 52-112 comporte également quelques exceptions. Notamment pour les émetteurs des secteurs minier, pétrolier et gazier, pour les mesures financières qui sont dérivées d’un engagement financier dans un accord écrit et pour les mesures financières qui doivent être communiquées en vertu d’autres lois ou organismes d’autoréglementation. Il existe également une exception à la communication de la période comparative qui peut être omise s’il est « impossible » de le faire. Toutefois, le coût ou le temps nécessaire à la préparation de cette information ne serait pas une raison suffisante pour qu’un émetteur évite de fournir cette information.

Information simplifiée

Les ACVM ont proposé des modifications aux obligations d’information continue afin de combiner les états financiers, le rapport de gestion et la notice annuelle (applicable à l’information annuelle) de l’émetteur assujetti en un seul document d’information dans le but d’accroître l’efficacité de l’information. La proposition de modification éliminerait également les obligations d’information redondantes ou faisant double emploi. Enfin, les ACVM, dans le cadre de ce mandat d’information simplifiée, ont annoncé qu’elles pourraient permettre aux émetteurs émergents (qui ne sont pas des fonds d’investissement ou qui ne sont pas réglementés par la SEC) de présenter volontairement des rapports semestriels, à condition qu’ils publient un communiqué de presse spécial après la fin de chaque trimestre pour lequel ils n’ont pas présenté de résultats financiers. Au cours de la période de commentaires sur les modifications proposées, les ACVM ont reçu des commentaires positifs, beaucoup d’entre eux citant l’amélioration de l’efficacité et de la qualité de l’information comme les principaux avantages de ces modifications. Selon le calendrier estimé pour toutes les modifications proposées, les règles finalisées devraient être publiées en septembre 2023 et entrer en vigueur en décembre 2023.

COVID-19

L’information sur la manière dont un émetteur peut être affecté par COVID-19 reste pertinente pour les entreprises. En particulier, l’information sur les incidences directes ou indirectes de la COVID-19 sur ses activités, y compris les problèmes au niveau de la chaîne d’approvisionnement, l’augmentation des coûts, des taux d’intérêt ou de l’inflation, et l’information sur la manière dont ces questions peuvent être importantes pour une entreprise en particulier sont toujours pertinentes.

Activités promotionnelles trompeuses – Colombie-Britannique

Une question émergente concernant les activités promotionnelles problématiques a été abordée par les ACVM dans un avis du personnel vers la fin de 2018. Le projet de Règlement 51-519 de la Colombie-Britannique sur les obligations d’information relatives aux activités promotionnelles et la politique connexe (le « Règlement 51-519 ») ont été publiés le 26 mai 2021 par la Commission des valeurs mobilières de la Colombie-Britannique (la « CVMCB ») afin d’offrir aux investisseurs une plus grande transparence quant à la source et à la fiabilité des activités promotionnelles, ce qui leur permettra de prendre des décisions d’investissement plus éclairées et aidera la CVMCB à identifier et à tenir responsables les émetteurs et les personnes qui mènent des activités promotionnelles problématiques.

En général, le Règlement 51-519 exige la communication des renseignements concernant le mandat, de la rémunération versée au promoteur, de la propriété de tout titre et de tout autre fait qui pourrait raisonnablement être considéré comme nuisant à l’objectivité de la personne. En outre, le Règlement 51-519 imposerait des obligations de communication supplémentaires aux émetteurs à risque. Cela comprendrait l’obligation de diffuser un communiqué de presse s’ils retiennent ou rémunèrent une personne pour s’engager dans une activité promotionnelle et si les frais totaux d’un émetteur émergent pour une activité promotionnelle dépassent 10 % de ses frais d’exploitation totaux au cours d’une période annuelle ou intermédiaire, le Règlement 51-519 exigerait que l’émetteur émergent communique séparément les détails de ces frais dans son rapport de gestion intermédiaire et annuel.

La TSX a accueilli favorablement la proposition de la CVMCB, car elle a constaté une augmentation du volume d’activités promotionnelles, en particulier chez les petits émetteurs sur les marchés à risque. La TSX a renforcé sa surveillance de l’activité promotionnelle des émetteurs sur ses marchés et souhaite que les autorités de réglementation des valeurs mobilières fassent davantage pour endiguer ce problème pour tous les émetteurs.

  1. Modifications au droit des sociétés

Modifications au droit des sociétés en Alberta

Suivant la tendance croissante au Canada, le 29 mars 2021, l’Alberta est devenue la sixième province à supprimer les exigences en matière de résidence canadienne pour les administrateurs de sociétés. Plus récemment, l’Alberta a apporté d’autres modifications à sa loi sur les sociétés, élargissant la défense de diligence raisonnable pour les administrateurs ainsi que la portée de l’indemnisation d’un administrateur ou d’un dirigeant par une société dans le but d’« attirer les administrateurs les plus brillants en Alberta ». Les modifications donneraient également aux sociétés la possibilité de renoncer à tout intérêt ou à toute attente concernant des types spécifiques d’occasions d’affaires, offriraient aux sociétés une plus grande flexibilité concernant les opérations de plan d’arrangement, préciseraient que l’étendue du devoir de diligence concerne la société et contiendraient d’autres mises à jour générales qui réduiront le fardeau réglementaire pour les sociétés. Les modifications ont reçu la sanction royale le 2 décembre 2021 et devraient entrer en vigueur après l’élaboration des règlements qui les accompagnent.

Modifications au droit des sociétés en Ontario

Suivant les traces de l’Alberta, le 5 juillet 2021, les exigences en matière de résidence canadienne pour les administrateurs de sociétés ontariennes ont été supprimées. Les modifications apportées à la Loi sur les sociétés par actions (Ontario) abaisseront également le seuil d’approbation des résolutions écrites ordinaires pour les sociétés non-offrantes (c’est-à-dire les sociétés privées) à une majorité de 50 % des actionnaires ayant le droit de voter, ce qui représente une baisse par rapport à l’exigence précédente de 100 %.

Modifications concernant le vote de la LCSA

Le 1er mai 2018, les modifications de la LCSA adoptant le vote à la majorité pour les élections non contestées (les « modifications de la LCSA ») ont reçu la sanction royale, mais ces dispositions ne pouvaient pas devenir opérationnelles avant l’adoption de règlements. Le 27 mars 2021, un projet de règlement a été annoncé en vertu de la LCSA. S’il entre en vigueur après une période de commentaires de 30 jours, il mettra en œuvre les dispositions de la LCSA relatives au vote à la majorité (« projet de règlement »).

Les modifications de la LCSA mettront en œuvre le vote à la majorité en prévoyant que les sociétés distributrices (c’est-à-dire les sociétés publiques) seront tenues d’élire les administrateurs sur une base individuelle pour les élections non contestées plutôt que selon un système de liste. Dans le système de liste actuel, tous les administrateurs sont élus ou rejetés en un seul vote. Les modifications de la LCSA interdiront également au conseil d’administration de nommer une personne au poste d’administrateur si cette personne n’a pas été élue selon les règles du vote majoritaire, sauf dans des circonstances prescrites. Le projet de règlement prévoit deux cas de figure : si la personne est nécessaire soit pour satisfaire aux obligations de la société en vertu de la LCSA d’avoir au moins deux administrateurs qui ne sont pas des dirigeants ou des employés de la société ou de ses sociétés affiliées, soit pour satisfaire à l’exigence qu’au moins 25 % des administrateurs soient des résidents canadiens. Le projet de règlement introduirait également les élections annuelles du conseil d’administration et modifierait le formulaire de procuration à utiliser par les sociétés ayant fait appel au public en vertu de la LCSA pour permettre aux actionnaires de voter « Pour » ou « Contre » l’élection des administrateurs proposés (plutôt que « Pour » ou « Refus »).

Au moment de la rédaction du présent document, les modifications de la LCSA ne sont pas encore entrées en vigueur.

  1. Mobilisation de capitaux

Nouvelle dispense relative au prospectus

Les ACVM ont récemment proposé une nouvelle dispense relative à la mobilisation de capitaux pour les émetteurs assujettis inscrits à la cote d’une bourse canadienne, appelée dispense pour les émetteurs inscrits (la « dispense pour les émetteurs inscrits »). La dispense permettrait aux émetteurs admissibles de réunir le plus élevé des montants suivants : 5 000 000 $ ou 10 % de la valeur marchande totale des titres inscrits à la cote de l’émetteur, jusqu’à concurrence de 10 000 000 $, ou jusqu’à une dilution de 100 %, dans chaque cas pendant une période de 12 mois. Un document de placement devra être déposé dans le cadre du placement, qui ne sera pas soumis à l’examen ou à l’approbation des ACVM. Le contenu de la proposition de document de placement comprendrait (i) tout nouveau développement de l’activité de l’émetteur; (ii) des renseignements sur la situation financière de l’émetteur, y compris la confirmation que l’émetteur disposera de fonds suffisants pour tenir 12 mois après le placement; (iii) des renseignements sur l’utilisation actuelle du produit de placement; et (iv) des renseignements sur l’utilisation du produit de tout placement antérieur au cours des 12 derniers mois. Il est important de souligner que le document de placement ferait partie du dossier d’information continue de l’émetteur aux fins de la responsabilité civile sur le marché secondaire. En cas de fausse déclaration, les acheteurs bénéficiant de la dispense pour les émetteurs inscrits auraient les mêmes droits de recours en responsabilité civile que les acheteurs sur le marché secondaire. Les acheteurs auront également un droit contractuel de résiliation à l’encontre de l’émetteur pendant 180 jours après la distribution.

Les ACVM reconnaissent que pour les petits placements, le régime actuel de prospectus peut être onéreux, y compris les coûts élevés associés à la préparation d’un prospectus, et la dispense proposée permettrait aux petits émetteurs d’accéder aux marchés financiers tout en maintenant une information adéquate pour les investisseurs particuliers.

Une autre caractéristique de l’exemption proposée est que les titres offerts ne seraient pas soumis à une période de détention. Pour bénéficier de cette dispense, les émetteurs devront remplir certaines conditions énoncées dans la proposition, notamment avoir des titres de participation inscrits à la cote d’une bourse canadienne (ou des titres convertibles en titres de participation inscrits à la cote), avoir été un émetteur assujetti pendant au moins 12 mois avant le communiqué de presse relatif au placement et avoir des activités commerciales actives. Une caractéristique limitative importante est que l’exemption ne sera pas disponible pour les entreprises cherchant à utiliser le produit de la vente pour une acquisition importante ou une opération de restructuration.

Dispense pour les émetteurs établis

Pour une période d’essai de six mois qui a commencé le 4 janvier 2022, les ACVM permettent aux émetteurs établis bien connus (« EEBC ») d’accéder aux marchés financiers au moyen d’un placement préalable sans avoir à déposer un prospectus préalable de base provisoire et à recevoir des commentaires à son sujet. Au lieu de cela, les EEBC peuvent déposer un document de base définitif et s’attendre à recevoir le document visé le jour même ou le jour ouvrable suivant, ce qui accélère considérablement le processus d’offre. Les ACVM s’efforcent de réduire le fardeau réglementaire lorsqu’elles estiment que les risques pour les marchés financiers sont minimes, ce qui s’applique aux EEBC, puisqu’ils ont un fort suivi du marché, un dossier d’information publique complet et un flottant public suffisant. Le seuil requis pour être qualifié d’EEBC comprend le fait d’avoir soit (i) des titres de capitaux propres inscrits à la cote en circulation dont le flottant est de 500 000 000 $ CAN, soit (ii) un montant total d’au moins 1 000 000 000 $ CAN de titres non convertibles, autres que des titres de capitaux propres, distribués en vertu d’un prospectus dans le cadre de premiers appels en espèces, sans échange, au cours des trois dernières années. Les modifications proposées, si elles sont rendues permanentes, rendraient le système canadien de prospectus préalable conforme à celui des États-Unis, qui ont mis en place un modèle similaire depuis plusieurs années. Les exemptions temporaires donneront aux ACVM l’occasion d’évaluer la pertinence des critères d’admissibilité et d’identifier toute préoccupation potentielle d’intérêt public ou toute considération opérationnelle qui devrait être abordée dans les modifications futures des règles.

Conclusion

Bien que la pandémie de COVID-19 se poursuive, les changements spécifiques de communication et de réglementation liés à la COVID-19 n’ont pas été importants l’année dernière. Toutefois, un certain nombre d’autres modifications de la réglementation et des informations à fournir ont été introduites et seront pertinentes pour les sociétés qui se préparent à la prochaine période de déclaration 2022.