Paris, le 19 décembre 2016 – Baker McKenzie publie son étude annuelle sur les introductions en Bourse transfrontalières (Cross-Border IPO Index 2016). Les introductions en Bourse (IPO) ont fortement baissé dans le monde cette année : alors que les opérations domestiques ont chuté de 47 % par rapport à 2015 avec 56 milliards de dollars levés, les IPO transfrontalières ont connu une baisse moins marquée (- 25 %) avec 30,1 milliards de dollars levés. Pour ces dernières, une baisse de 26 % en volume a eu lieu cette année avec 109 opérations contre 147 en 2015.

Ce fort recul s’explique, avant tout, par un faible appétit des investisseurs compte tenu du contexte politique très incertain en raison à la fois du Brexit et des élections américaines, couplée à une faible activité économique dans les principales juridictions concernées.

Les IPO en chute libre en France Le montant levé lors d’IPO en France a connu une très forte baisse en valeur de 81 % cette année. Dans le détail, les IPO domestiques ont connu une lourde chute des fonds levés de 82 % (966 millions de dollars en 2016 contre 5,37 milliards en 2015) avec seulement deux opérations qui ont dépassé les 100 millions levés : Maisons du Monde (425 millions) et Mediawan (282 millions). Les IPO transfrontalières ont connu une baisse de 65 % des fonds levés (109 millions en 2016 contre 315 millions en 2015). Il faut remonter à 2012 pour trouver des montants moins élevés, tant pour les opérations domestiques que pour les IPO transfrontalières.

En volume, la baisse constatée est également conséquente avec 13 opérations domestiques en 2016 contre 25 en 2015. En matière d’IPO transfrontalières, une seule opération (Talend au NASDAQ avec 109 millions de dollars levés) a eu lieu en 2016, contre 2 l’année précédente.

Please click to view table

La zone EMEA en grande difficulté La zone EMEA a connu une forte baisse (- 76 %) en matière d’IPO transfrontalières en 2016, avec 871 millions de dollars levés. « Après une activité intense en début d’année, l’anticipation du vote britannique sur le Brexit a fait chuter l’activité ; la volatilité après le vote a eu comme conséquence le retrait de nombreuses IPO » confirme Raphaële François-Poncet, Associée en charge de la pratique Droit Boursier au sein de Baker McKenzie à Paris. « De plus, les élections américaines ont eu un impact négatif similaire sur la seconde partie de l’année ». En effet, seules 17 IPO domestiques et transfrontalières ont été comptabilisées au 3ème trimestre dans la région.

Les IPO à Londres ont chuté de 62 % en valeur sur l’année. Toutefois, une baisse similaire en valeur sur Euronext (- 63 %) et une diminution également importante pour la place de Francfort (- 31 %) ont été constatées sur l’année. Ces chiffres ne peuvent permettre d’en déduire un déclin de Londres comme centre financier à cause du Brexit dans la mesure où l’année a été pauvre en IPO pour les principales places financière de la région.

Malgré une année 2016 très difficile, l’optimisme reste de mise pour 2017 dans la mesure où elle devrait être moins soumise à l’incertitude politique que 2016 et 2015 ; de plus, 2017 pourrait être marquée par des privatisations dans des pays qui chercheront à se désendetter ou à diversifier leurs économies (pays du Moyen-Orient, Turquie, voire Russie et certains pays africains).

L’Asie-Pacifique fait la course en tête, l’Amérique du Nord progresse Si la région Asie-Pacifique a connu une baisse en valeur et volume pour la première fois depuis 2013 en matière d’IPO, elle représente toutefois plus de ¾ des IPO transfrontalières dans le monde. Ce leadership est lié en particulier aux banques chinoises qui ont levé 11 milliards de dollars à Hong Kong pour augmenter et nettoyer leur bilan. La Bourse de Hong Kong a même accueilli 8 des 10 plus importantes IPO transfrontalières sur l’année. La prédominance de la région dans les IPO se retrouve également dans le fait que les émetteurs des 10 plus importantes IPO transfrontalières au niveau mondial sont exclusivement asiatiques. Le Shenzhen-Hong Kong Stock Connect, lancé le 5 décembre dans le but de donner aux investisseurs étrangers un meilleur accès aux marchés de la Chine continentale, devrait ouvrir de nouvelles perspectives de développement en 2017.

L’Amérique du Nord est la seule région dont les IPO transfrontalières ont augmenté en valeur en 2016 : 6 milliards de dollars soit + 29 % avec notamment les IPO de ZTO Express (1 milliard levé) et de LINE (800 millions). En 2017, des IPO transfrontalières d’importance devraient se conclure Amérique du Nord, comme celle du géant agroalimentaire brésilien JBS ou celle de l’allemand Trivago, même si des incertitudes demeurent quant à la politique économique du nouveau Président américain.

Le secteur financier, moteur des IPO transfrontalières Le secteur financier a été le fer de lance des IPO transfrontalières en 2016 avec 19,4 milliards de dollars soit 64 % du montant total sur l’année, en dépit d’une légère baisse par rapport à 2015 (21,2 milliards). En volume, le secteur financier fait également la course en tête avec 27 opérations, soit exactement le même nombre que l’an passé, ce qui lui permet de ravir la première place détenue en 2015 par le secteur de la santé.

L’importance du secteur financier est notamment due aux banques et assureurs chinois qui se sont introduits à la Bourse de Hong Kong. La principale IPO transfrontalière en 2016 en matière de montants levés - Postal Savings Bank of China avec 7,6 milliards de dollars - a d’ailleurs eu lieu sur cette place financière.

Please click to view table