La transaction revêt une importance considérable en cas de litige suite à un licenciement en ce qu’elle permet à l’employeur et au salarié de transiger sur les conséquences financières de la rupture du contrat. Toutefois si le proverbe «un mauvais arrangement vaut mieux qu’un bon procès» laisse penser que la transaction reste la meilleure solution pour mettre fin à un litige, le moment à laquelle elle intervient peut néanmoins être plus ou moins lourd de conséquences...

Les parties ont-elles un intérêt  à conclure une transaction avant tout procès et existe-t-il un risque à transiger en cours de procès?