« Non, ce n'était pas le radeau / De la Méduse, ce bateau / Qu'on se le dise au fond des ports/ Dise au fond des ports / Il naviguait en pèr' peinard / Sur la grand-mare des canards / Et s'app'lait les Copains d'abord / Les Copains d'abord… » (Brassens).

Trop c’est trop ! Les radeaux dérivent, les passeurs s’activent, les ONG s’affairent, les naufragés affluent, se noient, les racines et les fondements de l’Europe sont en jeu, nous tombons de Charybde en Scylla, la civilisation est en péril ! Ne transigeons pas sur l’honneur et les valeurs, cela ne peut plus durer ! Il faut faire quelque chose ! Love boat[1]ou Hate Boat ? Dans la pagaie, tout le monde s’en donne à cœur joie. Chacun son bateau (v)ivre, son radeau de La Méduse, son Aquarius, Exodus, Bounty, Pequod, Nellie, Titanic, Lusitania, Kon-Tiki, Petit baigneur, Shéhérazade, Ramona, Karaboudjan, chacun ses bons et mauvais naufragés, modernes argonautes à la recherche de la toison d’or ; Il était des petits navires… Sur la grande Mare Nostrum, les réfugiés ne naviguent pas en pères peinards. Dans la petite mare des canards, des journalistes, des politiques[2], des Jasons, les croassements sont assourdissants; beaucoup de larmes de crocodiles, de Tartuffes, de jésuites. « La croisière s’amuse » (avec pleurs enregistrés), la croisière s’abuse…

Ἄνδρα μοι ἔννεπε, Μοῦσα, πολύτροπον, ὃς μάλα πολλὰ /πλάγχθη, ἐπεὶ Τροΐης ἱερὸν πτολίεθρον ἔπερσε” (…). « Ô Muse, conte-moi l’aventure de l’Inventif / celui qui pilla Troie, qui pendant des années erra, / voyant beaucoup de villes, découvrant beaucoup d’usages, / souffrant beaucoup d’angoisses dans son âme sur la mer / pour défendre sa vie et le retour de ses marins.// C’est l’homme aux mille tours, Muse, qu’il faut me dire / Celui qui tant erra, quand, de Troade, il eut pillé la ville sainte / Celui qui visita les cités de tant d’hommes et connut leur esprit / Celui qui, sur les mers, passa par tant d'angoisses / En luttant pour survivre et ramener ses gens » (…) (Incipit de L’Odyssée, Homère).

Les exils, déracinements, l’exode sont une source, une somme de tragédies individuelles et collectives. C’est trop souvent un rendez-vous avec le malheur, la maladie, la privation de liberté, la mort parfois. Mais l’émotion, la compassion, l’angélisme, ne constituent, ni des programmes, ni des plans d’action. Ils ne servent pas toujours la cause des exilés. Il est facile de s’acheter une bonne conscience en pétitionnant à tout va, pleurant comme un cabri toutes les larmes (feintes ou sincères) de son corps, mais une crise de nerf n’est pas une opinion.

Le droit international public et la diplomatie ne se résument pas au Mondial moquette des droits de l’hommes, au Salon international du sauvetage en mer, aux unes de Paris-Match, Libération ou CNN. Les relations internationales ne sauraient être prises en otage par les contrebandiers de bons sentiments qui naviguent généralement sous pavillon de complaisance. L’idéologie du Bien, la religion de l’humanitaire, la dictature des droits fondamentaux, (qui se multiplient ad infinitum), paradoxalement, accélèrent la re-féodalisation, la désagrégation des sociétés politiques, l’éclatement de la communauté internationale, favorisent le communautarisme et la guerre de tous contre tous. Personne n’a le monopole du cœur, de la morale, des Misérables, de Monseigneur Myriel, Montaigne, La Boétie, ou « L’auvergnat qui sans façon »...

Au royaume enchanté du lyrisme généreux et des fulgurances élégiaques, l’histoire, les faits et la raison n’ont pas d’importance. Pas facile de rebattre les cartes…nautiques. Hélas, la novlangue sauce « gouvernance mondiale des mobilités humaines » et les J’accuse d’opérette, ne font pas bouger les lignes de flottaison des radeaux. La spirale de la surenchère/ L’arsenal de la supercherie… « Quand on veut soutenir ceux que le sort accable / A force d’être juste on est souvent coupable » (Corneille, La mort de Pompée). Avec ou sans « fracas » et littérature, l’indignation morale c’est comme le foie gras, cela ne supporte, ni le réchauffé, ni la médiocrité. Dans le tourbillon des images, les « clapotement furieux des marées » et de l’actualité, il faut garder le cap, un minimum de bonne foi et de clairvoyance.

1ère question blanche à 1000 euros : Comment séparer les « bons » réfugiés politiques des « mauvais » réfugiés économiques ? La question taraude les journalistes, les eurocrates, les politiques. Après les persécutions de l'entre-deux-guerres et la Shoah, la Convention relative au statut des réfugiés (Genève, 28 juillet 1951) met en œuvre, certains principes de la Déclaration universelle des droits de l'homme de 1948 : L’article 1 (modifié par le protocole de New York de 1967) dispose; « A. Aux fins de la présente Convention, le terme « réfugié » s'appliquera à toute personne : (...) 2) Qui craignant avec raison d'être persécutée du fait de sa race, de sa religion, de sa nationalité, de son appartenance à un certain groupe social ou de ses opinions politiques, se trouve hors du pays dont elle a la nationalité et qui ne peut ou, du fait de cette crainte, ne veut se réclamer de la protection de ce pays ; ou qui, si elle n'a pas de nationalité et se trouve hors du pays dans lequel elle avait sa résidence habituelle, ne peut ou, en raison de ladite crainte, ne veut y retourner».

Arrêtons de jouer sur les « maux » ; beaucoup des réfugiés en provenance d’Afrique et du Moyen-Orient, via les Balkans, ne sont pas aujourd’hui des réfugiés politiques, mais des réfugiés économiques, à la recherche d’un travail ou d’une vie meilleure. Comment leur reprocher ! « Dis donc, as-tu finis de faire le maquignon ? Cet homme n’est ni un cheval, ni un esclave et… » / « Chut ! ... Il ne faut pas prononcer ce mot ! ...On dit ‘coke’, tu le sais bien... » / « Du coke !!! Mille sabord !!...Tintin avait raison ! Il y a donc encore des négriers !... Et c’est ce métier-là que tu fais, forban ! »[3].

2ème question rouge à 1 million d’euros : que fait-on des réfugiés économiques et des recalés du droit d’asile ? (1) Nous les baladons à travers l’Afrique ou l’Europe, de check points en fausses sorties, dans un safari juridico-kafkaïen, le grand marché inique du réfugié ? (2) Dura lex sed lex ; nous les ramenons d’où ils viennent, à pied, en métro, à cheval, en solex électrique, en bateau, en charter? Est-on prêt à appliquer les conventions et la règle de droit ? A-t-on l’argent pour financer ces retours ? Si nous sommes logiques, nous bloquons nos frontières pour empêcher l’arrivée de nouveaux clandestins et sans papiers. Comment ? Chacun sa conscience… (3) Nous accueillons certains réfugiés refoulés et sans papiers, parce que nous sommes charitables. « Je vous donne un commandement nouveau: Aimez-vous les uns les autres; comme je vous ai aimés, vous aussi, aimez-vous les uns les autres ». (Jean, 13, 34). Comment sélectionner les réfugiés que l’on accueille ? Trop ou pas assez, c’est combien de personnes ? Lesquels garde-t-on ? Les plus pauvres et les plus mal en point, humanité oblige ? Les réfugiés les plus qualifiés et diplômés, car ils auront moins de mal à trouver un emploi (dans un pays qui compte 3 millions de chômeurs) ? Nous tirons au sort les heureux gagnants dans différents chapeaux, comme pour les poules de la coupe du monde de football ? Le 6 juillet le Conseil constitutionnel, surfant sur la devise nationale, vient de consacrer le principe de « fraternité », « vertu inspirante », sans valeur normative, qui n’est déclinée dans aucun de nos textes fondamentaux. De belles pétitions, tribunes et contentieux en perspective ! « C’est son prochain qu’il faut aimer comme soi-même, les autres, c’est facile, ils sont loin » (Jeanson).

Dans son récent opus (« La ruée vers l’Europe ; la jeune Afrique en route vers le vieux continent »[4], Stephen Smith tord le cou à un certain nombre de clichés[5] répétés depuis deux générations par les « humanistes progressistes » pour rassurer les populistes[6], ‘réactionnaires et anxieux. « La vérité n’est jamais amusante, sinon tout le monde la dirait » (Audiard). Une chose est sûre, l’empilement poussif d’éléments de langage sur le « convivialisme » et le « vivreensemblisme », les impératifs apodictiques ou hypothétiques kantiens, l’éthique du visage de l’autre chez Lévinas, ne suffiront à résoudre les problèmes et les défis. « Un Ethiopien peut-il changer sa peau, Et un léopard ses taches? De même, pourriez-vous faire le bien, Vous qui êtes accoutumés à faire le mal? » (Jérémie, 13:23). Questions sans réponses / Enquêtons sans espoir…

3ème question noire à 1000 milliards d’euros : « Peut-on accueillir toute la misère du monde » ? Flash-back. Il y a 30 ans Michel Rocard expliquait à Anne Sinclair : « Nous ne pouvons pas héberger toute la misère du monde. La France doit rester ce qu’elle est, une terre d’asile politique […] mais pas plus. […] »[7]. Addendum et explication de texte 4 ans plus tard en 1993, par le même Michel Rocard interrogé par la même Anne Sinclair : « Laissez-moi lui ajouter son complément, à cette phrase : je maintiens que la France ne peut pas accueillir toute la misère du monde. La part qu’elle en a, elle prend la responsabilité de la traiter le mieux possible. Mais à partir de là, ce n’est pas non plus une raison pour que la France se charge de toutes les xénophobies du monde »[8]. Chacun comprendra ce qu’il voudra. La célèbre formule est resservie régulièrement.[9] « Protège ton port » ou les « porcs de l’angoisse »?![10]

« - Eh là, Corto…Comment ça va ? Tu prends un bain de soleil ? - Maudit Bouffon, il fallait que je tombe justement sur toi » [11].

Dans la mer des sarcasmes, la godille c’est tout un art ; un coup à droite, un coup à gauche, vers le cap de bonne espérance, au milieu du triangle des Bermudes. C’est l’été, pétole, le Pot au Noir ; le couple franco-allemand sans barreur, pris en tenaille par les opinions publiques, est à la peine. Angela Merkel, tient mollement la barre et le vent. Jupiter, métamorphosé en Poséidon, vigie du nouveau monde, navigue à vue. L’Europe, médusée, impuissante, dérive plus vite que les radeaux. Elle finira par accoucher de mesures impossibles à mettre en œuvre, qui vont mécontenter tout le monde : (1) Le « mécanisme de solidarité efficace » (!) imposant une répartition et des quotas obligatoire des migrants entre les pays membres, ce que le groupe de Visegrad (Hongrie, Pologne, République tchèque et Slovaquie) refuse. (2) Des « plateformes régionales de débarquement » située hors de l’UE dans les pays de départ pour séparer le bon grain de l’ivraie. Cachez ce sang que je ne saurais voir…

Comment sensibiliser les opinions européennes frileuses et hostiles à l’ouverture des frontières ?

  • À Marseille et Lyon, inauguration de deux Aquaboulevards municipaux, cogérés par le Mucem et le musée des confluences.
  • Nouvelle chaire au Collège de France ; « Nautisme, mobilité des gouvernances et des structures élémentaires de la morale ».
  • À Paris, pour fluidifier la circulation des voies sur berges et la fraternité, lancement d’un service « Radeaux libres » sur les quais de Seine. « Let my pipoles go »
  • Création d’un Master « Commerce International du Sauvetage en mer », en partenariat avec l’ASSEC, Médecins des Mondes et les universités pontificales de Misrata, Valence et Ajaccio.
  • Raid transocéanique de paddle « Le Cap-Dakar-Alger-Marseille-Lorient », avec visas et papiers en règle, offerts au vainqueur. Pour les 10 premiers concurrents, un bonnet rouge sang en laine peignée, modèle commandant Cousteau, sera généreusement offert par la maison La®mort Lux. Les bonnets seront remis par Lambert Wilson, en présence du ministre de l’Europe et des affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, lors du festival inter celtique de Lorient, en août prochain.

« Au moindre coup de Trafalgar / C'est l'amitié qui prenait l'quart / C'est elle qui leur montrait le nord/Leur montrait le nord / Et quand ils étaient en détresse / Qu'leurs bras lançaient des S.O.S. / On aurait dit les sémaphores / Les copains d'abord ».

- « […] Je termine mon film, il faut toujours terminer qu’est-ce qu’on a commencé… - Quel plan vous faites là ? - Le premier regard d’Ulysse quand il revoit sa patrie. - Ulysse vers la mer. - Ulysse, verso il mare. - Monsieur Lang, on est prêts. - Clap, 4172, prima ! - Avanti, actione, travelling ! - Silenzio si gira ! - Silenzio ! Carton FIN en lettres bleu ciel sur fond noir, fondu noir »[12].