Dès lors que les messages électroniques litigieux provenaient de la messagerie personnelle de la salariée distincte de la messagerie professionnelle dont celle-ci disposait pour les besoins de son activité, ces messages électroniques devaient être écartés des débats en ce que leur production en justice portait atteinte au secret des correspondances.

[Cass. soc., 26 janvier 2016, 14-15360, FS-P+B]