Selon l’article 1 du code civil, les lois, lorsqu’elles sont publiées au Journal officiel de la République française, entrent en vigueur à la date qu’elles fixent ou, à défaut, le lendemain de leur publication. Toutefois l’entrée en vigueur de celles de leurs dispositions dont l’exécution nécessite des mesures d’application est reportée à la date d’entrée en vigueur de ces mesures.
Selon l’article 44, paragraphes I, III et IV de la loi no 2011-893 du 28 juillet 2011, jusqu’à l’entrée en vigueur des dispositions conventionnelles et réglementaires d’application de l’article 41 de la loi relatif au contrat de sécurisation professionnelle, la convention de reclassement personnalisé reste applicable selon les modalités en vigueur à la date de promulgation de ladite loi.
Il résulte de ces dispositions que l’article L. 1235-16 du code du travail, selon lequel tout employeur non soumis aux dispositions de l’article L. 1233-71 qui procède au licenciement pour motif économique d’un salarié sans lui proposer le bénéfice d’une convention de reclassement personnalisé est tenu au versement d’une contribution égale à deux mois de salaire brut moyen calculé sur la base des douze derniers mois, est resté applicable aux licenciements intervenus avant l’entrée en vigueur des dispositions relatives au contrat de sécurisation professionnelle le 1er septembre 2011.

[Cass. soc., 3 février 2016, n°14-23633, FS-P+B]