La réintégration d’un salarié en exécution d’une décision judiciaire n’a pas pour effet de créer de nouvelles relations contractuelles entre les parties. Une cour d’appel en déduit exactement que l’employeur, après l’annulation de cette réintégration par la Cour de cassation, est fondé à considérer qu’il a été mis fin aux fonctions de l’intéressé sans qu’il soit besoin d’une procédure de licenciement.

Cass. soc. 11 juillet 2016 n° 14-29.094 FS-PB