Commettent une faute lourde les salariés qui, bien qu’informés du caractère illicite de l’occupation des lieux et du blocage de l’accès au site après la notification de l’arrêt de référé de la cour d’appel ordonnant l’expulsion des grévistes suivie d’un commandement de quitter les lieux, ont personnellement participé à la poursuite de ces opérations de blocage durant quatre jours, interdisant le travail de salariés non-grévistes.

[Cass. soc., 3 mai 2016, n°14-28.353 FS-P+B]